Menu

Menu

Membres de l'Ordre

Retour

Louise Rajotte

Fondatrice et directrice de l’AQDR Centre-du-Québec, à savoir l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées, Louise Rajotte s’active depuis 30 ans à dénoncer les problèmes de négligence et d’intimidation vécus par les aînés, et ce, dans le but de reconnaître la maltraitance et de la prévenir.

Le défi est imposant et nécessite une grande capacité à poser des actions porteuses qui marquent une différence, dans des contextes politiques et économiques assez souvent défavorables.

Pour arriver à ses fins, Louise Rajotte a tout fait : mise sur pied des comités de milieux de vie dans les résidences pour aînés; création d’ateliers d’information, de formation et de prévention; pilotage d’un comité provincial de prévention de la maltraitance; lancement d’un programme de prévention de la fraude et de l’exploitation des aînés; organisation de multiples activités intergénérationnelles permettant aux personnes retraitées et préretraitées de s’intégrer dans la communauté et bien d’autres projets nécessaires au succès d’une association telle que l’AQDR.

Partager

Nous savons tous que les combats menés par cet organisme sont tristement et plus que jamais d’actualité et que la mission poursuivie par madame Rajotte et toutes les personnes qui l’appuient doit se poursuivre. Heureusement, l’ADQR est un mouvement national qui aura bientôt 40 ans et, notamment grâce à l’engagement indéfectible et au travail de Louise Rajotte, sa section centricoise est reconnue dans l’ensemble du Québec pour son dynamisme.

En poursuivant sa mission de défense des droits, cette femme inspirée a toujours su saisir les occasions de faire valoir l’importance de la présence des aînés dans une communauté. À cet égard, soulignons que ce sont des aînés de Drummondville qui sont à l’origine de la Journée de la gentillesse au Québec, laquelle contribue à sensibiliser la population aux problèmes d’intimidation et de violence. Par ailleurs, force est d’admettre que le partage des connaissances et de l’expérience est le gage d’une communauté saine.

Au fil du temps, Louise Rajotte s’est bien sûr fait connaître dans sa communauté, mais elle a aussi été maintes fois récompensée, avec le prix Yvette-Brunet (en 2006, 2008 et 2015), le prix Droits et Libertés (en 2002) ainsi que des prix de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes (en 2009 et 2013).

L’an dernier, la directrice de l’organisme a lancé un livre relatant ses 30 ans de carrière au sein de l’AQDR. Intitulé Une vie en partage, ce volume, préfacé par l’avocat Jean-Pierre Ménard, raconte bien les différents combats qu’elle a menés. L’activité de lancement s’est déroulée aux Terrasses de la fonderie, une résidence pour aînés bien connue à Drummondville.

Si, en cours de route, elle a parfois manqué d’écoute et de financement, Louise Rajotte n’a jamais manqué de détermination et de courage. À n’en point douter, cette femme convaincue et convaincante mérite grandement sa place au sein de l’Ordre de Drummondville.