Menu

Menu

Membres de l'Ordre

Retour

Sandrine Vanhoutte

Directrice du Centre d’écoute et de prévention du suicide Drummond (CEPS) depuis 17 ans, Sandrine Vanhoutte ne compte pas ses heures quand il est question de promotion de la vie. Porteuses du message que la détresse psychologique est l’affaire de tous, son équipe et elle n’hésitent pas à sortir des murs de leur organisme pour aller sensibiliser les gens directement dans leur milieu, qu’il soit scolaire, familial, sportif ou professionnel. Puis, grâce à un engagement qui dépasse largement le cadre de ses fonctions, Sandrine Vanhoutte a réussi à faire reconnaître le CEPS par les institutions, par les différents partenaires ainsi que par l’ensemble de la population drummondvilloise.

Résultat, le CEPS reçoit 6 578 appels annuellement via sa ligne d’écoute et de soutien, et Drummond est devenue la MRC qui compte le plus grand nombre de sentinelles au Québec, avec 1 113 personnes significatives dans leur entourage qui s’impliquent en prévention du suicide. Sandrine Vanhoutte a également formé plus de 1 200 professionnels aux bonnes pratiques en prévention du suicide et a conçu, l’an dernier, un programme régional à l’intention des médecins et des membres de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Partager

Convaincues de l’importance de miser sur la prévention et sur les générations futures, Sandrine Vanhoutte et son équipe œuvrent depuis deux ans à l’implantation de la campagne de sensibilisation « Je suis là. #Onjase ». Issu de sa propre initiative, ce programme vise à soutenir les jeunes de 12 à 25 ans qui éprouvent des difficultés et à informer ceux qui souhaitent aider un ami en détresse. Sa campagne a tellement fait jaser que le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec souhaite l’étendre dans la région.

Promouvoir la vie est une véritable vocation pour Sandrine Vanhoutte. La directrice du CEPS est reconnue pour ses idées novatrices et ses actions rayonnent à l’échelle provinciale. Il importe aussi de souligner sa contribution exceptionnelle au mieux-être de la population drummondvilloise depuis presque 20 ans. Son dévouement permet à notre communauté d’être plus sensibilisée à la détresse psychologique et d’être mieux outillée pour la prévenir.