Menu

Menu

Membres de l'Ordre

Retour

William Dion

En véritable athlète, William Dion excelle dans deux disciplines distinctes : le curling et le football. En 2007, à 20 ans, il a remporté le Championnat provincial de curling junior et il a atteint la demi-finale au Championnat canadien. L’année suivante, il est reparti triomphant de ces deux compétitions à titre de capitaine de son équipe, ce qui lui a valu un passeport pour les prestigieux Championnats du monde de curling junior, à Östersund, en Suède. Son équipe y a décroché la médaille de bronze. Après sa prometteuse carrière dans le junior, le curleur a participé au Championnat canadien de curling mixte en 2010.

Mais le curling n’est pas sa seule passion sportive. Le Drummondvillois a également joué durant cinq saisons comme botteur pour l’équipe du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. En 2012, il a établi un nouveau record dans le sport universitaire canadien en marquant son 72e placement en carrière. Cet exploit lui a permis de signer un contrat avec les Alouettes de Montréal en janvier 2013, ce qui ne l’a pas empêché de participer plus tard au cours du mois à son premier Championnat provincial de curling masculin. Il s’est ensuite entraîné avec l’équipe de la Ligue canadienne de football pendant quelques mois, avant d’être libéré.

Partager

William Dion a alors joint l’équipe Mike Fournier pour la saison de curling 2016-2017, comme deuxième lanceur. L’année suivante, les quatre curleurs ont remporté le Championnat provincial de curling masculin, la WFG Tankard, ce qui leur a donné un laissez-passer pour représenter le Québec au Brier. Ce championnat est le « Superbowl du curling ». Il n’y a pas de compétition plus prestigieuse au Canada.

Exceller à la fois sur le terrain et sur la glace a permis au sportif de 31 ans de jouer avec et contre les meilleurs athlètes de curling et de football au pays. Et, non seulement il a participé aux plus grandes compétitions sportives dans les deux disciplines, mais il a su se démarquer grâce à ses solides performances. Selon ses dires, « son désir de gagner va de pair avec son désir de s’améliorer ». Voilà une bonne leçon dans le sport comme dans la vie!