Menu

Menu

Officiers de l'Ordre

Retour

Denise Picotin

Native de Drummondville, Denise Picotin est connue et reconnue pour le travail qu’elle a accompli à titre de mairesse de la Ville de Saint-Nicéphore. Pourtant, sa carrière est riche et atypique : elle comporte 15 années de service dans le milieu scolaire et 16 années de dévouement en politique active au niveau municipal. La vie professionnelle de cette femme est jalonnée de nombreuses et étonnantes réalisations.

Son engagement au sein de la communauté a commencé dès 1969, soit un an après son arrivée à Saint-Nicéphore. À cette date, elle intégrait le Cercle des fermières à titre de secrétaire-trésorière, un organisme au sein duquel elle est restée active jusqu’en 1976.

Le milieu scolaire

Portée par les citoyens de son secteur, Denise Picotin a vécu sa première élection en 1975. Elle est alors élue commissaire d’école. Le début de ce premier engagement en politique active, rappelle-t-elle, coïncidait avec l’Année internationale de la femme, un moment que cette femme de cœur n’oublie pas.

Partager

De 1982 à 1987, elle est la première femme élue par ses pairs à la présidence de la Commission scolaire régionale Saint-François, laquelle couvrait alors les écoles secondaires de Drummondville et d’Acton Vale. En 1988-1989, elle fait partie des gens qui jettent les bases de la Commission scolaire des Chênes. Elle assume la première présidence de cet organisme, en 1989.

La politique municipale

Quelques années plus tard, soit en 1993, année où Saint-Nicéphore était officiellement une municipalité en tutelle, les citoyens demandent à madame Picotin de les aider à dénoncer certaines irrégularités. Plus tard, ces mêmes personnes croient que le temps est venu de changer ces choses qui ont été dénoncées. Grandement engagée et fière de sa municipalité, elle reçoit alors l’appui de la population pour se présenter à titre de conseillère municipale. Cette même année marque le début de son engagement en politique municipale. Jusqu’en 2001, elle agira comme conseillère municipale.

En 2001, c’est en portant le chapeau de première mairesse de la Ville de Saint-Nicéphore que Denise Picotin poursuit sa carrière. Ayant encore une fois obtenu le soutien de la population, celle qui souhaite alors continuer le développement de « sa » ville a les coudées franches. De cette époque, elle garde aussi d’excellents souvenirs. Si on cherche à savoir quel dossier a été particulièrement important à ses yeux, elle répond d’emblée que, pour elle, tous les dossiers étaient importants, qu’ils soient individuels ou collectifs; il fallait y travailler.

Durant l’année 2003, le référendum visant à confirmer ou à infirmer une fusion entre Drummondville et Saint-Nicéphore a lieu. À la suite du regroupement demandé par les votants, lequel a été concrétisé en 2004, Denise Picotin choisit de poursuivre sa mission et de représenter les Nicéphorois au conseil de ville de Drummondville, où elle a siégé durant quatre autres années à partir de 2005.

Denise Picotin est officiellement à la retraite depuis 2009. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle reste inactive, bien au contraire. Cette femme dynamique prend plaisir à s’investir dans différentes causes ou à contribuer au succès de certains événements. À titre d’exemple, elle faisait partie du comité organisateur des fêtes du 100anniversaire de la paroisse de Saint-Nicéphore, il y a deux ans. Depuis 2013, elle est aussi la présidente du conseil d’administration du Centre communautaire de loisirs Claude-Nault.

Cette grande dame se dit avant tout chanceuse et heureuse d’avoir pu compter sur le soutien de sa famille et de la population, et ce, tout au long de sa carrière. Une qualité qu’elle accepte de se reconnaître? La capacité et la volonté de travailler en équipe. Toute sa vie, comme elle le dit si bien, son objectif a été de mettre le pouvoir au service des gens.