Menu

Menu

Officiers de l'Ordre

Retour

Roland Janelle

Durant 33 ans, Roland Janelle a été le directeur général du Centre culturel, un lieu de diffusion qui, en 2011, à la suite de travaux majeurs de rénovation, est devenu la Maison des arts Desjardins Drummondville. À ce titre, il en a vu passer des producteurs et des artistes. Et que dire des spectateurs! Des anecdotes? Il en a des tonnes à raconter. Mais au-delà de l’aspect « spectaculaire » de son travail, qui consistait, entre autres, à étonner la clientèle chaque fois qu’une nouvelle saison s’amorçait, on trouve la simplicité d’un homme calme et sympathique, grand amateur de culture, bien sûr, mais aussi de sports.

Entré en poste au Service culturel de la Ville de Drummondville le 25 novembre 1975, Roland Janelle a amorcé sa carrière en tant que responsable de la diffusion des arts de la scène. Il se remémore, entre autres, avoir eu beaucoup de plaisir à travailler aux côtés de Michel Trudel qui, à cette époque, était directeur du Service culturel.

Son engouement pour l’action et la vie culturelle l’amène à consacrer de nombreuses heures à divers projets stimulants.

Partager

En 1978, avec le concours de partenaires diffuseurs situés à Sherbrooke et à Trois-Rivières, il contribue à créer Réseau Accès, un organisme qui, en 1984, deviendra RIDEAU, soit le Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis. Il sera plus tard président de cet important regroupement, soit de 1996 à 2000.

Il se consacre également au Mondial des cultures, un événement alors en pleine ascension. Il siégera au conseil d’administration de 1987 à 1994, en plus d’en assurer la présidence en 1993.

Le 25 mai 1982, il s’en souvient comme si c’était hier, il est nommé directeur général du Centre culturel de Drummondville.

Avant d’aller plus loin, il est important de préciser que, si le monde de la gestion et de la culture ne lui avait pas ouvert les portes, Roland Janelle n’aurait certainement pas boudé une carrière dans le domaine sportif. Il se souvient avec plaisir du bonheur que lui procuraient les parties de hockey disputées dans la rue alors qu’il était enfant et adolescent. Il se souvient aussi à quel point il était alors facile de créer une équipe tellement il y avait de jeunes qui jouaient dehors.

Les gens qui le connaissent bien savent que cet homme d’action s’adonne encore aujourd’hui à plusieurs sports, notamment le golf et le hockey, un sport qu’il a toujours aimé pratiquer et suivre avec beaucoup d’intérêt. À cet égard, rappelons qu’il a porté le chapeau de président du club de hockey Les Voltigeurs de Drummondville durant les saisons 1990-1991 et 1991-1992, accompagnant même l’équipe jusqu’à la convoitée coupe Memorial à une occasion.

Si on lui demande de se reconnaître une qualité, il est d’accord pour évoquer la ténacité.

Force est d’admettre qu’il lui en fallait une bonne dose au cours de sa carrière, tout particulièrement dans le contexte des rénovations majeures de l’établissement qu’il dirigeait de main de maître.

Ce dossier de longue haleine a été ouvert en 1998 et n’a été clos qu’à la suite des travaux, soit le 10 septembre 2011. Le principal intéressé n’en conserve que d’excellents souvenirs.

À cette époque, vraiment pas si lointaine, Roland Janelle avait grandement contribué à mobiliser les acteurs politiques, économiques et culturels de la région et de l’ensemble du Québec et à les rallier à la « bonne cause du Centre culturel ».

Humble de nature, l’ex-directeur général s’empresse de souligner l’importance de la concertation et l’apport de toutes les personnes engagées dans cet élan de solidarité jamais vu dans le domaine culturel à Drummondville.

Assurément, la ténacité a grandement à voir avec la réalisation de ce projet qui fait aujourd’hui l’orgueil de Drummondville et de tous ses citoyens.

Tout au long de sa carrière, Roland Janelle a été heureux d’être en contact avec les personnes passionnées qui contribuaient au succès des organismes résidents de la Maison des arts Desjardins. Selon lui, ceux-ci et les missions qu’ils poursuivent contribuent largement à la vitalité culturelle de la ville de Drummondville. On n’a qu’à penser à l’ensemble folklorique Mackinaw, à l’Académie de ballet, à l’école de musique À la portée des sons ou à l’Orchestre symphonique de Drummondville.

Après une telle carrière, nombreux sont ceux qui choisissent de ranger leur agenda. Avec toute l’énergie qu’on lui reconnaît, ce sympathique sportif a plutôt choisi de siéger aux conseils d’administration de la Caisse Desjardins de Drummondville, du Musée national de la photographie et du Moulin à laine d’Ulverton.