Menu

Menu

Officiers de l'Ordre

Retour

Yves St-Germain

Le cœur sur la main

Si le monde était peuplé de gens qui ont un cœur grand comme celui d’Yves St-Germain, il se porterait mieux. Et cela, c’est sans parler de la grande humilité qui habite cet homme généreux.

Yves St-Germain est de ceux qui ont mis sur pied le Comptoir alimentaire Drummond. Bénévole convaincu, il ne compte pas les heures. Il ne l’a d’ailleurs jamais fait. Ce serait assurément contre sa nature.

Depuis plusieurs décennies, cet homme s’active en contribuant à résoudre les problèmes. Celui que représente la pauvreté dans la région l’a toujours particulièrement préoccupé. C’est pour cette raison qu’il y a une trentaine d’années, alors qu’il commençait à œuvrer au sein des Chevaliers de Colomb, il recueillait déjà des denrées pour les plus démunis, chaque hiver, avec le concours d’autres membres. Monsieur St-Germain est d’ailleurs un membre fondateur du Conseil Grantham des Chevaliers de Colomb.

Partager

C’est donc à ce moment qu’il a compris que ce n’est pas seulement à Noël que les gens ont faim. À cette époque, soit au début des années 1990, ils étaient plusieurs à chercher des façons de régler le problème de la pauvreté et Yves St-Germain contribuait à cette réflexion, déployant tous les efforts nécessaires.

Le Comptoir alimentaire Drummond, qui a été un modèle pour plusieurs autres organismes du genre au Québec, a permis de réduire l’impact de la pauvreté dans la région. Mais si le visage de la pauvreté change, les besoins, eux, vont toujours en augmentant.

À propos du don de soi et de la générosité, Yves St-Germain assure qu’il n’y a rien de compliqué à aider les autres. À cet égard, il prêche par l’exemple, et ce, sans jamais chercher à attirer l’attention.

« Je fais cela en me basant sur ma foi. Il y a une parole d’évangile qui me parle beaucoup et qui dit : “Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le ferez.” Je suis de la vieille école, mais je suis toujours resté fidèle. Dieu existe et il est important pour moi », assure-t-il.

Souper de l’Étoile

L’un des projets dont monsieur St-Germain est le plus fier est « son » Souper de l’Étoile. Cet événement se déroule le soir de Noël depuis maintenant 26 ans et s’adresse aux personnes seules et démunies de Drummondville. Les premiers repas servis dans le cadre de cet événement l’ont été le soir de Noël de 1991, soit lors du réveillon qui a suivi la naissance du Comptoir alimentaire Drummond. Pas moins de 65 assiettes bien remplies avaient trouvé preneur ce soir-là.

Yves St-Germain et sa famille avaient constaté que les portes des organismes étaient fermées, laissant plusieurs personnes à la rue ou seules à la maison, le soir de Noël. De là est née l’idée d’organiser un grand souper rassembleur. Le Souper de l’Étoile est devenu grandiose, s’inscrivant comme un événement incontournable dans la région et auquel prennent part de 275 à 300 convives, chaque année, le tout en collaboration avec le Comptoir alimentaire Drummond. Des repas chauds et réconfortants aux saveurs du temps des Fêtes sont servis aux invités et, chaque fois, le plaisir est au rendez-vous : les gens ainsi rassemblés chantent et dansent.

« Ce qui fait la joie de mon épouse et moi, c’est la participation de nos enfants, petits-enfants et précieux bénévoles qui rendent ce souper de Noël si merveilleux et festif », partage monsieur St-Germain.

Engagement dans la foi

À 74 ans, Yves St-Germain a encore le feu sacré. S’il n’a jamais compté les heures, il ne voit pas non plus à quel moment il s’arrêtera. Son engagement dans sa communauté trouve aussi écho du côté de l’Église catholique.

« Je fais des célébrations de la parole à l’église Saint-Joseph. Lorsqu’il n’y a pas de prêtre, je proclame l’évangile et je l’explique aux personnes présentes en plus de leur donner la communion. Nous sommes environ huit bénévoles à faire ça. C’est naturel pour moi », assure cet homme de foi qui, par ailleurs, assume la fonction de secrétaire financier au sein du Club des aînés de Drummondville.

Et comme si cela n’était pas suffisant, Yves St-Germain est engagé depuis plus de 10 ans au sein de la Fondation René-Verrier. Il offre des soins et de l’accompagnement aux personnes en fin de vie.

On l’a déjà dit : si le monde était peuplé de gens qui ont un cœur grand comme celui de cet homme, il se porterait mieux.